Qui suis-je ?

capture-decran-2017-02-02-a-21-17-30

Philippe PAOLUCCI
Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication
Laboratoire de rattachement : ELICO (Université Lyon 2)
Courriel : philippe.paolucci@yahoo.fr
Voir mon CV

Formé aux sciences du langage à l’université Toulouse 2 Jean Jaurès, j’ai consacré mes deux années de master à l’étude de la bande dessinée franco-belge et japonaise. En continuité directe avec ces deux années dédiées à l’analyse de la BD imprimée, j’ai soutenu en décembre 2016 une thèse sur la BD numérique, intitulée La bande dessinée numérique : entre rupture et continuité. Pour une approche socio-sémiotique du 9ème art : l’exemple de la revue en ligne Professeur Cyclope (voir résumé ci-dessous). Aujourd’hui docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, mes recherches se focalisent sur quatre axes principaux :

  1. la transition numérique des formes culturelles/médiatiques ;
  2. les nouvelles formes de narration sur support numérique (récits interactifs, transmédia, etc.) ;
  3. évolution des pratiques d’écriture et de lecture à l’heure du numérique ;
  4. histoire et sémiologie de la bande dessinée.

En parallèle à mes activités de recherche, je donne actuellement des cours au sein du département Art&Com (art et communication) de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès. Mes cours portent sur l’histoire des médias (la télévision, la bande dessinée, la presse, etc.) et le traitement médiatique de l’actualité.

Résumé de la thèse :
Notre travail de thèse porte sur le report actuel de la bande dessinée sur support numérique. À l’instar de l’ensemble des médias imprimés (journal, magazine, etc.), le neuvième art connaît aujourd’hui un nouveau mode d’existence matériel fondé sur le calcul et la manipulation intrinsèque des contenus (interactivité). Notre objectif premier est de mettre au jour les conséquences à la fois sémiotiques et sociologiques d’un tel changement. Pour ce faire, nous proposerons dans un premier temps une analyse sémiotique des bandes dessinées parues dans la revue en ligne Professeur Cyclope. Cette analyse, bien que menée à l’échelle d’un corpus restreint, mettra en évidence les tendances formelles actuellement en usage dans le domaine de la BD numérique. Nous verrons alors que la BD numérique, quelle que soit la forme qu’elle revêt, ne se délie jamais totalement des caractéristiques formelles et lecturales de sa devancière papier. De ce point de vue, il est possible de voir dans l’expression « BD numérique » la marque d’une tension entre les possibilités narratives et expressives offertes par le numérique et l’héritage d’une forme culturelle dotée de propriétés formelles socialement stabilisées. Dans un second temps, cette approche sémiotique sera complétée par une série d’entretiens semi-directifs menés auprès d’auteurs publiés sur Professeur Cyclope. Cette extension sociologique mettra en lumière le point de vue des auteurs sur le devenir numérique de la bande dessinée, ainsi que les enjeux économiques qui agitent actuellement ce secteur éditorial en pleine émergence.